31 mai 2007

Prélude - 2004

Rien n'est acquis. On s'endort parfois sur sa petite vie, faisant chaque jour la même chose, on se lève, on part au travail, on retrouve sa petite famille, regardant tout ce qui passe à la TV, parfois une ou deux sortie pour sortir de la routine, en se disant demain sera pareil, et ainsi va la vie. Par peur de l'inconnu, du changement, on s'enterre là dedans. Je me présente, 23 ans, une copine, un concubinage rien de plus, une petite fille, un an déjà, seul chose intéressante dans la vie, un travail routinier, parfois plaisant, parfois saoulant.
Un an de cohabitation, depuis la naissance de la petite, beaucoup d'amour à lui transmettre, mais entre son père et sa mère, plus rien, le néant. Restant ensemble pour élever ce petit etre, ayant pour crainte, si l'un venait à partir, de ne plus revoir son enfant, et pour l'autre vivre dans le désarroi. Voila le tableau. On reste dans ce train train, voyant que tout va mal, et restant pourtant en se cherchant des raisons, cherchant des réponse, cherchant une délivrance, qui ne viendrait jamais.
La famille est très importante dans ma vie, les rapports avec ma mère sont assez privilégié, vous comprendrez plus tard l'importance.
Et c'est en un jour de cette année, que la routine commenca à trouver le bout du tunnel, mais je ne le savais pas.
"en allant chez mon amie, j'ai retrouvé une de tes copines d'enfance" me dit ma mère. J'avais déménagé tout jeune, j'avoue avoir oublié cette partie de ma vie, plus aucun souvenir, impossible de se souvenir, alors que pour cette fille, le passé était encore présent. Marjorie se souvenait de tout, et surtout qu'elle m'avait aimé étant petite. J'en étais flatté, un peu curieux de découvrir qui était cette amie, dont je n'avais plus aucun souvenir, et très désireuse pour sa part de me revoir. J'acceptais donc la rencontre, chez moi. Leila, ma copine actuelle, voya cela d'un mauvais oeil. Je n'eu que faire de ces appréhensions.
Deux jours après Marjorie arriva chez mes parents, qui la conduisit chez moi. J'avais la boule au ventre, de découvrir qui c'était, de savoir si il y aurait un déclic, que se passera t'il?, beaucoup de questions trottait en moi.
On sonne à la porte. Je l'ouvrais doucement. Marjorie était là, et je n'en cru pas mes yeux. Une fille magnifique, une jolie brune avec des mêches blondes, indescriptible. Le coup de foudre pour moi. elle me serra contre elle. Leila voyant de plus en plus que qui se passait.

Pour ce soir je m'arrete là, la suite demain. Bonne soirée

Posté par hommeblesse à 23:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Prélude - 2004

Nouveau commentaire